Search
Correspondance exacte
Chercher dans le titre
Chercher dans le contenu
Chercher dans les extraits
Chercher dans les commentaires
Rechercher dans les catégories :
Emplois
Éventements
Ressources

Archives / Listing Tags / études

Approche neuroscientifique de l’apprentissage et de l’enseignement

Cette étude sur les modes d’apprentissage (la mathétique) donne un fondement scientifique aux processus impliqués dans la formation scolaire. Pour les auteurs, plutôt que de voguer sur des modes passagères, la pédagogie devrait reposer sur les données récentes des neurosciences cognitives, car cette approche permet d’expliquer comment l’étudiant apprend.

C’est décidé, je retourne aux études!

Lorsque nait l’idée de se réorienter ou de se donner les moyens de réaliser nos rêves, plusieurs obstacles peuvent nous empêcher de croire en nous. L’atteinte de nos objectifs ne suit pas toujours une trajectoire en ligne droite! Parfois, nous pouvons faire beaucoup plus avec ce que nous avons déjà. Notre histoire prend alors un tout autre sens.

Ciblétudes

Les objectifs visés sont particulièrement de fournir l’ensemble des ressources nécessaires aux Canadiens qui désirent prendre des décisions concernant le choix et le financement de leurs études.

Comment étudier? Perspective de la neuroscience

Steve Masson, professeur à la Faculté des sciences de l’éducation de l’UQAM et directeur du Laboratoire de recherche en neuroéducation (LRN), nous explique “Comment étudier”, mais dans une perspective de neuroscience. Pour visionner le webinaire  

Étude : Inscription aux études postsecondaires selon le revenu parental et la province de résidence, 2001 à 2014

Le pourcentage de jeunes de 19 ans inscrits dans des établissements d’enseignement postsecondaire au Canada a crû de manière constante de 2001 à 2014. Des augmentations ont été observées chez les jeunes de tous les niveaux de la répartition des revenus parentaux, mais la hausse était un peu plus marquée chez ceux au bas de la répartition.

Étude : Le domaine d’études est-il un facteur en ce qui concerne la rentabilité d’un grade supérieur? 2016

C’est un choix auquel font face de nombreux étudiants universitaires au cours de leur dernière année du premier cycle : obtenir leur diplôme et intégrer le marché du travail ou poursuivre des études de cycles supérieurs et espérer qu’un grade supérieur se traduira éventuellement par des gains plus élevés. Mais y a-t-il un avantage associé à l’obtention d’une maîtrise ou d’un doctorat par rapport à un baccalauréat dans le même domaine? Une nouvelle étude, qui s’intitule « Résultats du Recensement de 2016 : Le domaine d’études est-il un facteur en ce qui concerne la rentabilité d’un grade supérieur? », utilise les données du dernier recensement pour apporter un éclairage sur la question. L’étude s’inscrit dans une série d’articles qui traitent de sujets sociaux et économiques au Canada en s’appuyant sur une analyse approfondie des résultats du Recensement de 2016. Accéder au rapport

Étude : Gains des diplômés postsecondaires selon le domaine d’études détaillé, 2010

Les diplômés en science de la gestion et méthodes quantitatives se situaient au sommet de l’échelle salariale parmi les titulaires d’un baccalauréat en 2010. Selon une nouvelle étude, les gains variaient considérablement entre les domaines d’études particuliers à l’intérieur de grandes catégories de disciplines.

Étude : Quelles familles investissent dans un régime enregistré d’épargne-études et cela influe-t-il sur la participation aux études postsecondaires?, 1999 et 2012

Les régimes enregistrés d’épargne-études (REEE) sont un outil d’épargne important pour de nombreuses familles canadiennes. Une nouvelle étude et un article sommaire s’y rattachant décrivent les tendances au chapitre des caractéristiques des détenteurs de REEE et examinent la relation entre le fait d’avoir un REEE et l’inscription aux études postsecondaires.

Évaluation d’un programme de remédiation cognitive chez deux types de populations collégiales

L’arrivée au niveau collégial est associée à divers changements, dont l’apprentissage d’une nouvelle méthodologie, une nouvelle gestion du temps ainsi que la nécessité de faire appel à certaines capacités cognitives moins sollicitées au secondaire. Sur le plan développemental, cette période correspond à la fin du développement des lobes frontaux, une partie du cerveau responsable des fonctions exécutives (FE) et des habiletés cognitives (Anderson, 2001a).
Aller à la barre d’outils