Search
Correspondance exacte
Chercher dans le titre
Chercher dans le contenu
Chercher dans les extraits
Chercher dans les commentaires
Rechercher dans les catégories :
Emplois
Éventements
Ressources

Accroître sa résilience peut avoir une incidence positive sur la transition de carrière

 

Comment les clients peuvent apprendre à reconnaître les facteurs de stress et à développer des stratégies afin de mieux les gérer lors d’un changement de carrière

Par Mary Ann Baynton

Toute transition dans la vie peut être source de stress. La transition de carrière en particulier survient souvent au même moment que d’autres sources de stress, comme les problèmes personnels, familiaux, financiers ou de santé. Accroître notre résilience consiste à connaître nos réactions actuelles au stress et à choisir des façons plus saines et plus efficaces d’y réagir.

La résilience est la capacité de s’adapter à une situation de stress ou d’en récupérer, comme l’entrée sur le marché du travail ou la transition d’un emploi à l’autre. Accroître sa résilience ne veut pas dire éviter le stress. La résilience permet simplement de mieux composer avec le stress et de mieux en récupérer.

La recherche nous a permis de connaître des stratégies pratiques pour accroître la résilience.

Déterminez vos réactions au stress

Unsplash

Le stress fait partie du quotidien de la plupart des gens et nous y réagissons de façon automatique. Ainsi, notre réaction au stress n’est ni choisie ni planifiée. Cela étant dit, en déterminant certaines de nos réactions immédiates au stress, nous serons plus en mesure de les reconnaître et de nous y attaquer avant qu’elles ne deviennent une source de problèmes de santé ou autres.

Certaines réactions automatiques sont physiques – feux sauvages, urticaire, transpiration ou problèmes d’estomac. D’autres sont comportementales : consommation de substances, changements aux habitudes de sommeil, maladresse, oublis, impatience, surcharge d’horaire ou excès de travail. Des réactions émotives peuvent aussi se manifester : irritabilité, colère, frustration ou excès émotifs.

Il faut se rappeler que ses réactions sont involontaires et peuvent survenir quand même. Cependant, plus vite on détermine qu’elles sont causées par le stress, plus vite on peut cerner le facteur de stress et apporter des changements.

L’importance de donner et de recevoir du soutien social

Pour changer les choses, on peut notamment donner ou recevoir du soutien social. Ironiquement, il est possible de vivre moins stressé en aidant les autres et en demandant de l’aide.

Si vous n’avez personne sur qui compter, d’autres solutions s’offrent à vous. Vous pouvez faire du bénévolat, devenir membre d’un club ou aider une personne dans le besoin. Il peut s’agir d’un proche, d’un collègue ou d’un voisin. Plus vous aidez un grand nombre de personnes, plus le nombre de personnes qui pourraient vous aider en retour sera élevé.

Il existe aussi de nombreux organismes et groupes partout au pays dont la mission est de venir en aide aux gens dans le besoin. Il suffit de tendre la main! N’attendez pas que le stress soit devenu impossible à gérer avant de chercher de l’aide. Vous ne savez pas où commencer? Consultez le bureau du représentant de votre administration locale pour connaître les services offerts dans votre collectivité.

Adoptez des stratégies de gestion du stress plus saines

Une autre façon d’accroître votre résilience consiste à explorer de nouveaux moyens de prévention et de gestion du stress. Chaque personne est unique. Ce qui réduit le stress chez une personne peut l’accroître chez une autre. Certaines personnes, par exemple, utilisent les animaux pour réduire leur stress, tandis que d’autres les craignent ou sont allergiques.

La pleine conscience, l’expression de la reconnaissance et la respiration profonde sont des approches à adopter pour gérer le stress de façon plus saine. Pour certaines personnes, l’art, la musique ou le temps passé dans la nature sont efficaces. Prenez le temps de découvrir ce qui fonctionne pour vous, puis engagez-vous à le faire régulièrement.

Étudiez vos options et prenez de bonnes décisions

Même en étant conscient de nos réactions automatiques au stress et en utilisant des stratégies saines pour gérer ce stress, il est quand même possible d’être dépassé par les événements à divers moments. Lorsque cela se produit, il faut prendre du recul pour trouver d’autres moyens de gérer le stress.

Une stratégie consiste en ces quatre techniques :

  • Accepter les choses et les gens que vous ne pouvez pas changer. Même si c’est difficile, accepter ce que vous ne pouvez pas changer (plutôt que de souhaiter désespérément que la situation soit différente) peut vous aider à mieux gérer votre stress.
  • Éviter tout stress inutile. Le stress ne peut pas toujours être évité. Il est même malsain d’éviter une situation stressante qui doit être résolue. Cependant, si c’est possible, évitez tout stress inutile en apprenant à dire non, en limitant le temps passé avec des personnes qui vous causent du stress et en éliminant les tâches ou activités inutiles.
  • Modifier vos façons de communiquer et d’agir au quotidien pour réduire les facteurs de stress. Pour ce faire, confiez-vous aux personnes que vous considérez comme dignes de confiance, soyez ouverts aux compromis qui réduisent le stress et parlez ouvertement et honnêtement de vos besoins pour que les autres puissent vous comprendre et vous aider.
  • S’adapter au facteur de stress en changeant vos attitudes et vos comportements. Repensez les problèmes en adoptant une perspective positive et axée sur les solutions, envisagez les conséquences d’actions précises et fixez des attentes claires et raisonnables pour vous et les autres.

 

Utilisez chacune de ces quatre techniques afin de voir le facteur de stress de plusieurs façons. Ensuite, choisissez la réaction qui vous convient le mieux.

Si on prend ces stratégies dans le contexte d’un processus de transition de carrière, il faut comprendre qu’il pourrait y avoir des facteurs de stress au travail. Au nombre de ces facteurs, il y a une nouvelle courbe d’apprentissage, la peur de l’échec ou du succès, une nouvelle culture organisationnelle, les diverses façons d’interagir avec les gens et le milieu, et la création de nouvelles relations.

Il peut paraître contreproductif de penser à tout ce qui pourrait mal tourner, mais envisager les facteurs de stress potentiels et trouver de meilleures façons d’y réagir permet de réduire le fardeau si ces facteurs surviennent une fois que vous avez commencé votre nouvel emploi.

Ne cessez jamais d’accroître votre résilience

Comme nous avons pu le voir, un grand nombre de stratégies pratiques peuvent servir à accroître la résilience. Pour accroître notre résilience, il faut prendre conscience de nos réactions automatiques au stress, améliorer notre capacité de donner et de recevoir du soutien social, adopter de bonnes stratégies de gestion du stress et un mode de vie plus sain, prendre du recul de manière à voir objectivement les possibilités qui s’offrent à nous pour composer avec le stress et être conscients des facteurs de stress possibles et des moyens d’y remédier.

Certains d’entre nous sont déjà mieux outillés que d’autres, mais tout le monde peut faire l’acquisition de ces compétences. On ne devrait jamais cesser d’accroître sa résilience, car nos vies évoluent constamment.

Sidebar, french: Des ressources gratuites pouvant vous aider à élaborer un plan personnel de résilience et à gérer des facteurs de stress spécifiques sont disponibles à l’adresse suivante: strategiesdesantementale.com

Mary Ann Baynton est directrice de programme pour le Centre pour la santé mentale en milieu de travail de la Great-West qui crée et fournit des ressources et outils gratuits à toute personne désirant gérer ou améliorer la santé et la sécurité psychologiques au travail ou prévenir les problèmes. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages, dont Mindful Manager, Keeping Well at Work, Preventing Workplace Meltdown, Resolving Workplace Issues et The Evolution of Workplace Mental Health in Canada.

Aller à la barre d’outils