Search
Correspondance exacte
Chercher dans le titre
Chercher dans le contenu
Chercher dans les extraits
Chercher dans les commentaires
Rechercher dans les catégories :
Emplois
Éventements
Ressources

Comment les jeunes professionnels peuvent-ils trouver un emploi à l’étranger?

 

Il est temps de démentir certains mythes au sujet de la recherche d’emploi à l’international

Par Jean-Marc Hachey

Les étudiants posent souvent les mêmes types de questions au sujet de la recherche d’emploi à l’international :

  • Comment puis-je trouver un emploi dans un pays en particulier?
  • Comment puis-je obtenir un visa pour travailler dans ce pays?
  • Comment écrit-on un CV spécifique à un pays?
  • Où puis-je trouver une liste d’employeurs dans un pays spécifique qui embauchent du personnel à l’échelle internationale?
  • Que devrais-je étudier pour trouver un emploi à l’international?

 

Toutes ces questions pointent vers un certain nombre de mythes en lien avec la recherche d’emploi à l’étranger, que cet article vise à démentir. Est-ce efficace de restreindre sa recherche d’emploi à un seul pays à la fois? Est-ce que les employeurs locaux à l’étranger embauchent souvent des jeunes professionnels fraîchement sortis de l’université? Y a-t-il des domaines d’étude de prédilection pour les jeunes souhaitant poursuivre une carrière internationale? Lisez ce qui suit et aidez vos clients à entamer leur carrière internationale.

 

Travail temporaire pour globe-trotters

Une recherche d’emploi spécifique à un pays est la meilleure tactique pour les voyageurs qui, sac au dos, cherchent du travail temporaire dans un pays de leur choix. Les emplois à court terme ou affichés à la dernière minute nécessitent généralement peu de qualifications (service à la clientèle, vente au détail) et sont souvent saisonniers et/ou dans le domaine du tourisme (travailler dans un pub ou un hôtel, ou encore faire les vendanges). Bien que ces expériences soient l’opportunité de construire de nouvelles perspectives et d’acquérir des compétences interculturelles, elles contribuent rarement au développement d’une carrière.

Afin de dénicher ce type de travail, le chercheur d’emploi doit bien comprendre les rouages du marché intérieur du travail et savoir créer un CV adapté aux normes du pays en question. Les étrangers ont plusieurs défis à relever, et les techniques traditionnelles de recherche d’emploi, telle la communication avec les employeurs par courriel, sont généralement peu efficaces. La meilleure tactique consiste à faire une bonne impression auprès des employeurs en utilisant son charme, sa personnalité et en vendant ses qualités en personne. On retrouve toutefois plusieurs organisations (par exemple SWAP au Canada) qui aident les voyageurs à obtenir leur visa vacances-travail pour la plupart des pays les plus populaires.

 

Emploi international pour le jeune professionnel

Bien qu’une recherche d’emploi par pays puisse s’avérer utile pour les étudiants avec un visa vacances-travail qui veulent un emploi peu qualifié, cette tactique s’avère rarement efficace pour ceux qui cherchent un poste professionnel. Lorsqu’un jeune professionnel vise à trouver un emploi avec une entreprise locale dans un pays étranger, il doit s’efforcer de trouver un employeur sur place et le convaincre d’endosser sa demande de visa. L’employeur doit alors prouver à son gouvernement qu’aucun citoyen de son pays n’est qualifié pour cet emploi. Cela représente un obstacle de taille et fait donc de la recherche d’emploi par pays spécifique une entreprise difficile, voire impossible.

Dans ce cas, comment les jeunes professionnels peuvent-ils trouver un emploi international? Nous pourrons déconstruire les mythes entourant la recherche d’emploi à l’étranger une fois que nous aurons identifié qui sont les employeurs internationaux clés. Cela pourra en étonner certains, mais les jeunes professionnels ne travaillent presque jamais à l’étranger auprès d’entreprises locales.

La majorité des employeurs internationaux sont basés en Amérique du Nord. Quatre-vingt pour cent des gens qui se rendent à l’étranger le font grâce à un employeur canadien ou américain, que ce soit des entreprises, des ONG, des gouvernements et, dans une moindre mesure, des organisations internationales. Il est rare pour un professionnel nord-américain de travailler outre-mer auprès d’une organisation locale à moins d’être déjà très avancé dans sa carrière.

Ces jeunes professionnels, contrairement aux jeunes routards, n’ont pas à mener une recherche d’emploi spécifique à un seul pays, de s’inquiéter à propos des visas ou de composer un CV adapté à un pays. Lorsqu’un travailleur se rend à l’étranger pour le compte d’un employeur basé dans son pays d’origine, c’est l’employeur qui se charge d’obtenir le visa et qui, la plupart du temps, désigne le pays d’affectation.

Alors, comment trouve-t-on un emploi à l’international lorsque l’employeur se situe chez soi? Il suffit de faire une recherche par secteur plutôt que par pays. Une recherche d’emploi par secteur permet de préciser la recherche d’emploi tout en découvrant qui sont les acteurs internationaux clés dans un domaine particulier.

Il est important de noter qu’il n’est pas impératif d’étudier dans une discipline particulière pour réussir à l’étranger. Tous les domaines possèdent une composante internationale, et il est tout à fait possible de chercher des entreprises et organisations qui opèrent sur ce plan.

Il faut aussi savoir identifier les employeurs qui envoient régulièrement des employés à l’étranger. Contrairement à la pensée populaire, les grandes multinationales comme Pepsi ou General Motors n’envoient que très rarement du personnel à l’étranger, et lorsqu’elles le font, elles envoient seulement des employés ayant de l’ancienneté. Il faut identifier les organismes possédant un mandat international, comme l’ingénierie internationale, la santé, les finances, l’aide humanitaire, l’enseignement, la recherche et les sociétés de conseil. Il ne faut pas laisse de côté les petites et moyennes entreprises, car elles envoient souvent de jeunes travailleurs à l’étranger.

 

Par où commencer?

La première étape d’une recherche d’emploi internationale consiste à définir pour quel type d’organisation votre client souhaite travailler : entreprise privée, ONG, organisme gouvernemental ou international?

Après avoir déterminé le domaine et le type d’entreprise pour lequel votre client souhaite travailler, votre but sera de lever le voile sur la « hiérarchie internationale des organisations » au sein du domaine en question. Débutez par identifier les associations et les fédérations internationales pertinentes pour le secteur choisi. Ces organisations posséderont à leur tour des antennes régionales, des associations nationales et, plus important encore, des membres institutionnels (entreprises privées, ONG, ministères et universités) situés au Canada. On retrouve un grand nombre d’employeurs potentiels à chacun des niveaux de cette hiérarchie.

Cette recherche vous permettra de dénicher une véritable mine d’informations. Vous découvrirez des listes d’organisations actives à l’échelle internationale ainsi que des listes et descriptions de leurs projets internationaux actuels. Les sites Web d’industries et les revues spécialisées vous dirigeront également vers des organisations internationales actives dans leur discipline. Ces pistes sont de plus l’occasion de trouver des occasions de stages ou de recherche, des bourses, des formations professionnelles, des conférences internationales et les noms d’experts internationaux dans chaque domaine pouvant fournir des conseils professionnels et des possibilités de réseautage. Vous serez surpris de constater que certains de ces experts habitent à proximité de votre ville. Incitez vos clients à les contacter pour proposer leurs services de manière bénévole ou pour une entrevue d’information. Ce sont là les ressources nécessaires afin de faire un tabac dans une recherche d’emploi à l’étranger.

En plus de tous ces outils de recherche, il peut être nécessaire d’utiliser son zèle entrepreneurial afin de trouver l’emploi souhaité. Il faut savoir être audacieux et franc lorsque l’on communique avec des employeurs. Les demandeurs d’emploi de premier échelon obtiennent le plus de succès lorsqu’ils effectuent une série de petites choses extraordinaires lors de leur recherche, trouvant dès lors un emploi en utilisant des alternatives ou une approche innovatrice.

Jean-Marc Hachey est l’éditeur et le fondateur de MyWorldAbroad (anciennnement The BIG Guide to Living and Working Overseas) et est l’un des experts les plus importants des carrières à l’international, ayant présenté dans plus d’une centaine d’universités au Canada, aux États-Unis, en France et au Royaume-Uni depuis 1992.

 

Aller à la barre d’outils