Search
Correspondance exacte
Chercher dans le titre
Chercher dans le contenu
Chercher dans les extraits
Chercher dans les commentaires
Rechercher dans les catégories :
Emplois
Éventements
Ressources

Appel de communication / XIXe Congrès – Suceava, Roumanie : 4 au 8 juin 2018

Carte non disponible

Date / Heure
Date(s) - 31/10/2017
00:00

Catégories


Face à la montée des inégalités, quel rôle pour l’éducation ?

Enjeux et politiques, acteurs, pratiques

La mondialisation de l’économie, les phénomènes migratoires, les effets du changement climatiques provoquent de profondes évolutions politiques, économiques, sociales qui agitent les sociétés contemporaines. Ces évolutions provoquent des fractures qui menacent la capacité à « vivre ensemble » et font peser des risques d’éclatement sur ce qui « fait société ».

La montée des inégalités qui en résulte est l’une de ces évolutions majeures dans le monde actuel.  Si l’éducation n’est pas la source première de ces inégalités, on sait pourtant que l’éducation, formelle en particulier, contribue à les entretenir, notamment en les reproduisant ou en les amplifiant. L’Ecole a donc un rôle primordial à jouer dans la lutte contre la montée de ces inégalités.

Cependant, la question de l’éducation doit aujourd’hui être appréhendée de façon globale et intégrée. Il s’agit en effet de prendre en compte toutes ses dimensions, en particulier ce que l’on appelle aujourd’hui l’éducation non formelle ou informelle.

Confronter le rôle de l’éducation à la question de la montée des inégalités, c’est mettre tout particulièrement l’accent sur l’accès de tous à une éducation inclusive et équitable de qualité et à un apprentissage tout au long de la vie (Déclaration d’Inchéon, UNESCO, 2015).

Mais alors, comment inclure, offrir une éducation équitable et de qualité quand les sociétés tendent de plus à en plus à ignorer des parties entières de leurs populations, quand elles divisent, quand elles en rejettent certaines ?

Cette question se pose à tous les niveaux :

  • celui des grands enjeux et des fondements sur lesquels s’élaborent les politiques publiques ;

  • celui des communautés éducatives ;

  • celui enfin des acteurs, de leurs pratiques au plus près des réalités, qu’elles soient scolaires, familiales ou autres.

Dans ce contexte, il est de la responsabilité des chercheurs en éducation de comprendre et d’aider à comprendre ces processus, ainsi que de mettre en évidence, à partir des résultats de recherche, des leviers d’action sur lesquels les acteurs pourront s’appuyer pour agir prospectivement. Face à la complexité de ces questions, les chercheurs ne peuvent aujourd’hui rester cantonnés au pré carré de leur discipline. En effet, « si la définition d’un objet de recherche est souvent intimement liée avec une discipline scientifique, la recherche d’une solution à un problème social exige au contraire une grande souplesse disciplinaire »  (Clémence, 2003, p.165). Aussi les chercheurs en éducation ont-ils tout intérêt à rechercher la pluralité et la complémentarité des regards, par des approches interdisciplinaires

C’est dans cette perspective que le congrès de 2018 que tiendra l’AMSE à Suceava en Roumanie organisera la discussion scientifique et les débats autour des axes suivants :

Axe 1 : La montée des inégalités : quels enjeux ?

En amont de la diversité des interprétations des acteurs du monde de l’éducation quant aux inégalités et des actions concrètement entreprises visant à les réduire, se situent les enjeux sous-jacents à la montée des inégalités et à la définition du rôle de l’Ecole face à cette situation. Ainsi, le premier axe structurant de ce congrès invite à s’interroger sur les multiples enjeux (économiques, politiques, philosophiques, sociaux, culturels, anthropologiques, géopolitiques, etc.) qui président à la reproduction voire l’amplification des inégalités dans le champ éducatif. Ceux-ci sont susceptibles de donner lieu à des lectures variées sur le plan des principes pouvant structurer les actions à mettre en place et soulever les questions suivantes :  comment ces inégalités se construisent-elles et comment évoluent-elles historiquement ? Quelles sont les idéologies, les discours ou les politiques qui légitiment ces inégalités ou, au contraire, qui les dénoncent et les déconstruisent ? Quels sont les rapports qui existent entre les inégalités sociales, politiques, éducatives, etc. ? Quelle sont les différentes modalités, types et formes d’inégalités ayant une incidence sur l’éducation ? Quelle est leur influence  sur l’éducation et les systèmes éducatifs ? Quel rôle l’éducation et les systèmes éducatifs peuvent-ils jouer face à ces inégalités ?

Axe 2 Contrer la montée des inégalités : quels acteurs ?

Par-delà les enjeux concernant les inégalités, il est nécessaire de s’interroger sur les acteurs qui sont en mesure d’agir sur l’éducation ou de l’influencer dans le sens de la réduction de différentes formes d’inégalité. Le deuxième axe du congrès invite donc à réfléchir sur les responsabilités et le rôle des acteurs tels que: l’État et ses organes (Ministère de l’Éducation, Ministère de la Famille, Ministère de la Jeunesse, etc.), les institutions éducatives (de l’école de base à l’enseignement supérieur), les associations, les acteurs de terrain (directeurs d’école, conseillers d’orientation, enseignants, apprenants et leur famille, formateurs, organisations non gouvernementales, organisations internationales, syndicats, médias etc.). Il s’agit de mettre en évidence le positionnement de ces acteurs face aux inégalités, la façon dont ils interprètent ces inégalités (cadre théorique, conceptions etc.), les discours qui les légitiment ou les combattent, les modalités dans lesquelles ils traduisent cette problématique, notamment dans les politiques publiques, les documents officiels ou le curriculum.

Axe 3 Contrer la montée des inégalités : quelles pratiques

Bien que l’accès à l’éducation progresse partout dans le monde, les inégalités persistent.  Cette montée des inégalités  invite à s’interroger sur les différentes pratiques visant à les réduire. Des interrogations qui portent tout autant sur les actions gouvernementales et non-gouvernementales, les initiatives citoyennes, celles des familles, que sur les pratiques d’enseignement, de formation et de recherche. Face à cette montée des inégalités, les recherches portant sur ces pratiques deviennent ainsi un enjeu essentiel. Dans cette optique, ce troisième axe pose les questions suivantes : quelles sont les initiatives concrètes qui sont entreprises par les différents acteurs de l’éducation formelle ou non formelle pour réduire les inégalités et quels en sont les résultats ? Quels sont les dispositifs pédagogiques ou de formation qui contribuent à diminuer les inégalités ? Comment prendre en compte l’hétérogénéité croissante des élèves sans accroître les inégalités ? Quelles sont les pratiques qui légitiment ces inégalités ou, au contraire, qui les dénoncent et les déconstruisent ?

Appel à contributions

Vous pouvez contribuer au XIXe congrès de l’AMSE-AMCE-WEAR  en proposant une contribution s’inscrivant prioritairement dans l’un des trois axes thématiques du congrès. Trois types de contributions sont possibles :

– un symposium : deux responsables scientifiques et une dizaine de chercheurs d’au moins deux nationalités différentes ;

– une communication libre ;

– un poster.

Chaque type de contribution fera l’objet d’une expertise scientifique par le comité scientifique du XIXe congrès.

Les contributions seront à déposer directement sur le site du XIXe congrès pour le 31 octobre 2017.

Télécharger la déclaration scientifique :

Aller à la barre d’outils