Search
Correspondance exacte
Chercher dans le titre
Chercher dans le contenu
Chercher dans les extraits
Chercher dans les commentaires
Rechercher dans les catégories :
Emplois
Éventements
Ressources

La lutte contre la pauvreté – Robert Baudouin

Qu’est-ce que la pauvreté a à voir avec l’orientation? Beaucoup! Rappelons que la pauvreté se définit généralement comme le manque de ressources pour assurer à soi et à sa famille, la satisfaction des besoins jugés de base. Le gouvernement du Canada n’a pas de définition officielle de la pauvreté. Cependant, la pauvreté est souvent évaluée en mesurant le nombre de Canadiens ayant un faible revenu. Il y a plusieurs indicateurs utilisés pour mesurer le faible revenu : seuils de faible revenu, mesure du panier de consommation et mesure de faible revenu pour n’en nommer que trois.

Mais cette définition cache une réalité qui, bien souvent, est bien plus complexe. Pourquoi cette personne manque-t-elle de ressources minimales? Et surtout, pourquoi les mailles de notre « filet social » laissent-elles passer autant de gens? Que ce soit ce mendiant atteint d’une maladie mentale grave que l’on évite de regarder en marchant vers le resto pour dîner ou cette dame qui n’arrive pas à payer son loyer parce qu’elle dépense son allocation sur sa dépendance à l’alcool, à la drogue ou aux jeux de hasard. À ces images traditionnelles, ajoutons celles des gens qui n’arrivent pas à obtenir un emploi pour une foule de raisons justifiables comme le problème de transport, les responsabilités familiales, le manque de compétences, la discrimination envers leur minorité, leur âge, etc. Et ceux, lorsqu’ils obtiennent un emploi, les heures qui leur sont données sont insuffisantes ou le salaire est tout simplement insuffisant.

Bref, il y a une foule de raisons personnelles qui font en sorte que le manque d’emploi entraîne la pauvreté. Mais il y a aussi des raisons sociétales et politiques. Commençons par dire que la politique du salaire minimum est totalement inefficace dans la lutte contre la pauvreté. Plusieurs autres programmes de soi-disant « inclusion sociale » ne se cotent pas mieux. Je réserve cette discussion pour un billet futur.

Une situation qui est beaucoup plus troublante, à mon avis, est la pauvreté chez les enfants. Troublante, premièrement parce qu’un enfant vivant dans la pauvreté n’a pas choisi cette situation, il ou elle en est une victime. Troublante, deuxièmement parce que si nous voulons éroder un tant soit peu la pauvreté, nous devons mettre beaucoup plus d’efforts dans nos interventions auprès des enfants et des adolescents. C’est simplement le vieux dicton de donner un poisson versus enseigner la pêche.

De la perspective du développement de carrière, la pauvreté peut se définir comme l’absence d’un but, d’un manque de ressources et de compétences pour formuler ce but et pour le réaliser. Comment voulez-vous que je m’en sorte, que je réalise mon potentiel si je n’ai jamais su que j’avais du potentiel, que je n’ai jamais su que l’on pouvait s’en sortir et surtout que l’on ne m’a jamais permis d’apprendre que je suis capable? Je ne dis pas que tous les enfants vivant dans la pauvreté correspondent à cette description, mais il est certain que comme professionnels de l’orientation, nous devons porter une attention particulière aux enfants vivant dans la pauvreté.

Donc, qu’est-ce que la pauvreté a à voir avec l’orientation? Beaucoup! Mais je ne suis pas aussi sûr que cette situation occupe suffisamment nos interventions. Spécifiquement, que faisons-nous pour comprendre la pauvreté et surtout accompagner ceux qui sont pris dans ce marasme?

Gradué de l’Université de Sherbrooke, puis de l’Université de Moncton et finalement, de la Dalhousie University, Robert Baudouin a poursuivi une carrière de professeur au programme de maîtrise en orientation de l’Université de Moncton pendant plus de 30 ans. Comme ses étudiantes et ses étudiants vous le diront, il aime poser des questions complexes et compliquées. « Qu’est-ce que l’orientation? », « qui es-tu comme conseillère ou conseiller? », « comment sais-tu que tu fais un bon travail? ». Pour lui, l’orientation ne se passe pas seulement entre les quatre murs du bureau, il faut sortir courir le monde… du travail. Maintenant dans son quatrième tiers de carrière, il compte utiliser ce blogue pour jeter un regard critique sur le domaine de l’orientation, incluant le Québec, le Canada hors-Québec et le monde.

You must be logged in to post a comment.

Aller à la barre d’outils