Search
Correspondance exacte
Chercher dans le titre
Chercher dans le contenu
Chercher dans les extraits
Chercher dans les commentaires
Rechercher dans les catégories :
Emplois
Éventements
Ressources

SD 2. De la boutique de Julie à la boutique de Jordane – Jacques Limoges

La boutique de Julie[1]

Déroulement

Cette activité sied mieux vers la fin d’un processus ou d’une formation où un individu client, étudiant ou stagiaire a, entre autres, pris conscience d’une certaine lacune ou d’une quelconque carence comme un manque de souplesse ou une difficulté à s’affirmer.

  1. Incarnez (posture, ton de voix, apparence, décor) Julie, une gitane qui fait du troc. Sa vieille roulotte bariolée regorge d’une multitude de produits, même les plus rares et surtout les plus subtiles comme des essences, des teintures, des éthers, etc. Alors c’est la personne et le lieu idéal pour obtenir ce qui nous manque et que nous recherchons depuis fort longtemps.
  2. Invitez votre client ou stagiaire à faire une demande à Julie.
  3. Vous, incarnant Julie, recevez et reformulez cette demande jusqu’à ce que votre reformulation corresponde parfaitement  aux attentes de la personne requérante.
  4. Cependant, comme plusieurs des produits qu’a Julie sont très rares et qu’il lui est presque impossible de les renouveler, Julie (que vous incarnez toujours) veut s’assurer que la personne requérante en a vraiment besoin et en fera un très bon usage. Alors, Julie questionne, propose des alternatives –générique ou à la baisse évidemment– et confronte les motivations de la personne requérante.
  5. Lorsque les réponses de celle-ci parviendront à convaincre Julie, alors celle-ci accepte de donner suite à sa demande mais, tout de go, précise que comme elle ne fait que du troc pour pourvoir à ses propres besoins, la requérante doit lui céder quelque chose en retour, quelque chose qui manque à Julie ou qui est en rareté dans sa roulotte. En somme, Julie est très exigeante et sélective. Par exemple, elle va souhaiter pondérer (quantifier ou mesurer) le don  (exemple : 20 % de son besoin de tout contrôler).
  6. Lorsque pour Julie le troc lui semble juste et à la hauteur de la demande de la personne requérante, Julie lui remet avec solennité le produit tant souhaité, l’accompagne de quelques mots sages (voir Guidance et interprétation)  et comme toute bonne gitane elle conclut l’entente par une chaude poignée de mains ou accolade.

Guidance et interprétation

  • Cette activité peut se faire en groupe, Julie recevant tous les participants qui désirent la consulter, un à la fois. À la limite, elle pourra limiter le nombre de consultations compte tenu du temps et de sa fatigue, forçant ainsi les candidats à sonder leur motivation profonde.
  • Il est important que la personne qui tient la boutique de troc soit une femme (ou ait des allures de femme comme dans les photos ci-dessus) car dans les archétypes, c’est l’être qui met au monde.
  • Plus la mise en scène rejoint l’imaginaire, plus l’activité est réussie et significative.
  • Lorsque cette activité est bien menée, la personne demanderesse offre en retour à Julie quelque chose qu’elle a en abondance, voire en excès, par exemple, de l’écoute, un sens de l’organisation, etc.
  • Or il appert que dans la tractation, le produit offert par la personne demanderesse est presque toujours aux antipodes du produit demandé. Ainsi, pour reprendre les premiers exemples ci-haut, la personne qui manque de souplesse offrira quelque chose qui s’apparente à un excès de rigidité ou de rigueur et celle qui souhaite davantage s’affirmer dira avoir trop d’écoute tout en constatant être souvent envahie par tous et chacun et ne plus avoir de temps pour elle-même.

 

La boutique de Jordane

Depuis quelques années, j’expérimente avec succès une version groupale de cette activité la suggestion des participants que j’ai appelé la Boutique de Jordane, un nom faisant plus vieux et plus gitan selon lesdits participants.

Déroulement

Ici encore, cette activité sied mieux à la fin d’un processus ou d’une formation où les participants ont  pris conscience d’une lacune ou d’une carence. Cette lacune ou carence peut être par rapport au thème abordé dans ledit groupe.

  1. Après avoir tamisé l’éclairage de la salle, présentez une diapositive représentant une vieille gitane devant sa roulotte usée par les années et les intempéries.
  2. Idéalement après avoir mis une musique d’ambiance, invitez les participants à s’imprégner de cette image; de la faire sienne. Pour les aider à y parvenir, attardez-vous à décrire lentement Jordane, sa roulotte, ses produits, ses pouvoirs, son caractère, sa vision du troc.
  3. Invitez les participants à fermer les yeux et à actualiser cette mise en scène dans leur tête (5 min.)
  4. Invitez les participants à faire une demande à Jordane, puis à préciser leur demande en amenant petit à petit des questions comme :

 

  • Pourquoi voulez-vous cela?
  • Pourquoi vous ne l’avez pas acquis jusqu’à maintenant?
  • Que ressentez-vous quand vous faites cette demande? (8 min.)

 

  1. Poursuivez l’animation de cette « visualisation » en vous inspirant des étapes 4, 5 et 6 proposées dans la boutique à Julie. (5 à 10 min.)
  2. Invitez les participants à fixer les informations ainsi obtenues dans leur « conscient » pendant 48 heures après quoi ces informations retourneront dans leur inconscient.
  3. À l’aide d’un décompte de 3, invitez les participants :

 

  • À 3, à s’étirer amplement bras et jambes → 3;
  • À 2, à inspirer et à expirer profondément en émettant un son →2;
  • À 1, à ouvrir les yeux et reprendre contact d’abord avec eux-mêmes puis avec l’ensemble du groupe →1

 

8. Invitez les participants à noter et/ou à dessiner seul l’essentiel de cette « visualisation » (3 min.)

9. Proposez un partage en dyade ou binôme (2 x 2 min.)

10.En plénière, faire un partage et un recadrage en vous servant des balises énoncées ci-haut sous Guidance et interprétation.

 

[1] S’inspire d’une activité utilisée dans la formation au Module 3 de l’ex-Commission de l’Emploi et de l’Immigration Canada.

Professeur au Département d'Orientation professionnelle de l'Université de Sherbrooke durant plus de 25 ans, le pédagogue a brillé d'originalité pour former ses étudiants, souhaitant non pas les cloner, mais bien les mettre au monde en tant que conseillers. Sa différence est devenue référence, comme en témoignent les prix qu'il a remportés, la vingtaine d'ouvrages qu'il a publiés et les ateliers de formation qu'il a animés sur le counseling de groupe et sur l'insertion professionnelle. Depuis 2001, il n'a de retraité que le nom puisqu'il demeure très actif comme professeur associé. De plus, le prolifique auteur n'a pas rangé sa plume et le réputé conférencier manie toujours le verbe avec autant de verve et d'à-propos.

You must be logged in to post a comment.

Aller à la barre d’outils