Search
Correspondance exacte
Chercher dans le titre
Chercher dans le contenu
Chercher dans les commentaires
Chercher dans les extraits
Rechercher dans les catégories :
Emplois
Éventements
Ressources

Repéré! – Jacques Limoges

Lui

Il y a une vingtaine d’années, j’étais devenu très conscient et fort appréciatif de l’influence qu’avait eu sur moi un de mes professeurs et profitai d’une occasion festive pour lui en faire part.

Or, cet épisode me laissa quelque peu perplexe car ce Maître se contenta de sourire et de faire quelques acquiescements de la tête sans investiguer davantage mon autodévoilement initial. Il n’était pas curieux du tout, évasif même, cherchant un prétexte pour changer de sujet.

Pourtant, dans un but d’explicitation, de formalisation et de reconnaissance, j’aurais tant voulu élaborer davantage sur cette influence qu’il eut sur moi!

Moi

Il y a moins d’un mois, un ex-étudiant me fit une déclaration semblable et, l’épisode complétée, je réalisai que grosso modo je m’étais comporté à peu près exactement comme mon ex-prof à une exception près peut-être : je lui ai dit un gentil quoique sincère merci mais ajoutai promptement que depuis ce temps bien d’autres profs l’avaient sans aucun doute influencé comme par exemple X et la conversation évolua sur un tout autre sujet.

Sur mon retour à la maison, je me suis souvenu que j’avais agi exactement de la sorte –encore une fois– avec un autre ancien étudiant deux ans auparavant. Pourtant, cette fois, cet étudiant avait insisté pour étayer son propos faisant référence, entre autres, à des attitudes et comportements qui furent miens lors de certains conflits et que je résolus, semble-t-il, à la satisfaction de toutes les parties et surtout à sa plus grande satisfaction. En y pensant bien, il me semble qu’il  y avait dans cette référence une sorte de demande de pardon à laquelle je ne crois pas avoir explicitement répondu. Aujourd’hui, je suis peiné de cet œuvre inachevé.

Pourquoi cette gêne ou cet inconfort?

Ces deux épisodes personnels rapprochés m’aident a un peu plus à comprendre mon maître de jadis.

Une première compréhension réside dans un désir de rester accueillant quoique humble, de rester les pieds bien sur terre et de ne pas s’enfler la tête car Dieu sait qu’il y a souvent de nombreuses confusions quant aux sources déclencheuses lorsqu’une personne souhaite se remémorer quelque chose d’important. Par exemple, face à un lecteur qui me disait avoir été fortement marqué par un de mes livres, il m’est arrivé d’oser lui demander lequel et de découvrir qu’il s’agissait d’un titre qui ne figure pas dans ma liste de publications!

Il y a aussi la crainte qu’en explorant davantage cette relation perçue par mon interlocuteur comme privilégiée qu’elle ne le soit pas autant au final ou qu’elle corresponde à quelque chose de relativement anecdotique pour moi, peut-être même à quelque chose de totalement oublié. Quelle déception serait-ce pour cet interlocuteur si j’osais lui avouer cela car en définitive, ce qui importe ici, est sa vision subjective de ladite interaction.

Sans aucune prétention, il me vient l’idée d’un parallèle inversé avec l’épisode de la femme, hémorroïsse depuis 12 ans, qui discrètement touche la franche du manteau de Jésus avec la certitude que ce geste la guérirait et c’est ce qui arriva sauf que Jésus, conscient qu’une force était sortie de lui, se retourna et s’exclama : « Qui a touché mes vêtements?  » Alors avec crainte la femme se manifesta. Inversé, cela donne : quelqu’un se manifeste pour dire « Tu m’as touché et fais croître » et ainsi découvrir en posteriori qu’une force était sortie de moi car,  contrairement à Jésus, je n’en fus vraiment point conscient.

Résolution

Plus conscient de mon agir lors de telles reconnaissances, je compte bien dans l’avenir être davantage réceptif  et plus curieux, dans l’avenir si jamais de telles « épiphanies » surviennent.

Photo du profil de Jacques Limoges
Professeur au Département d'Orientation professionnelle de l'Université de Sherbrooke durant plus de 25 ans, le pédagogue a brillé d'originalité pour former ses étudiants, souhaitant non pas les cloner, mais bien les mettre au monde en tant que conseillers. Sa différence est devenue référence, comme en témoignent les prix qu'il a remportés, la vingtaine d'ouvrages qu'il a publiés et les ateliers de formation qu'il a animés sur le counseling de groupe et sur l'insertion professionnelle. Depuis 2001, il n'a de retraité que le nom puisqu'il demeure très actif comme professeur associé. De plus, le prolifique auteur n'a pas rangé sa plume et le réputé conférencier manie toujours le verbe avec autant de verve et d'à-propos.

You must be logged in to post a comment.

Aller à la barre d’outils