Search
Correspondance exacte
Chercher dans le titre
Chercher dans le contenu
Chercher dans les extraits
Chercher dans les commentaires
Rechercher dans les catégories :
Emplois
Éventements
Ressources

Les 8 caractéristiques du noble sentier octuple comme autant de leviers d’intervention en orientation – Frédéric Piot

Dans la continuité du billet précédent au sujet de la sagesse du bouddhisme, les 8 caractéristiques du noble sentier octuple peuvent s’avérer intéressantes pour aider les individus  à adopter de nouvelles dispositions, tant à l’égard d’eux-mêmes que vis-à-vis de leur situation de carrière. Ainsi :

La compréhension juste :  il s’agit de prendre peu à peu conscience du fait que notre état quasi permanent d’insatisfaction (à l’égard de notre emploi, de nos relations, de notre vie) est consécutif de nos désirs non assouvis et que l’on croit être fondamentaux, ou en tout cas desquels contribuerait notre propre bonheur (Losier, 2008), (par exemple, quand je serai médecin je serai heureux).  Par ailleurs et puisque le bouddhisme enseigne l’impermanence en toutes choses (Losier, 2008), à  savoir que nos choix de carrière ne peuvent être réellement durables, cela s’avère d’autant plus vrai que dans le contexte socio-économique actuel la carrière est de plus en plus instable, imprévisible, et insécurisante (Bujold et Gingras, 2000).

La pensée juste : elle représente le contraire de l’égoïsme (Landaw et Bodian 2007). Le bouddhisme postule que notre propre bonheur passe immanquablement par celui des autres. En fait, en étant tourné vers les autres c’est à son propre équilibre que l’on travaille. Au moment d’un choix de métier, il peut alors être intéressant de voir dans quelle mesure il serait possible d’intégrer des éléments qui nous permettent de développer cette pensée juste.  Par exemple, faire le choix d’une carrière qui soit davantage tournée vers les autres peut représenter une telle concrétisation.

La parole juste : dans la continuité d’une orientation davantage centrée vers les autres, la parole juste réfère à l’authenticité, à la mesure et au fait de tenir compte de l’impact de nos paroles sur les autres.  Cette parole juste réfère à l’abstention du mensonge, de la calomnie et des paroles dures à l’encontre d’autrui (touslesmatinsdumonde.fr). Face à des choix de carrière, la parole juste nous invite alors à pousser plus avant l’exploration de ce qui compte à nos yeux tout autant que la manière avec laquelle nous en parlons.  Développer une parole juste consiste en une forme d’apprentissage.

L’action juste : de la même manière que la parole juste signifie éviter de causer du tort aux autres par ce qui est dit, l’action juste signifie éviter de causer du tort par ce que vous faites (Landaw et Bodian 2007).  Là encore, l’enseignement bouddhiste consiste à se préoccuper des autres pour les aider et les protéger.  Au moment d’une réflexion sur un choix d’emploi ou d’études, cette notion d’action juste nous invite alors à nous interroger sur la nature même des rapports et des relations que nous souhaitons entretenir avec les autres.

Les moyens d’existence justes : « en choisissant un métier ou une profession, vous pouvez gagner votre vie de différentes manières, mais si vous souhaitez  gagner plus que de la richesse matérielle, évitez alors dans votre emploi de recourir à des moyens qui peuvent nuire aux autres, de les manipuler ou de les tromper.  Il est évident qu’une profession dans laquelle vous pourriez leur venir en aide (au sens large) constitue un excellent moyen d’existence.  Mais même si vous n’occupez pas un tel emploi, vous pouvez tout de même chercher des moyens d’établir de belles relations avec les autres » (Landaw et Bodian 2007, p.68).

L’effort juste :  Il s’agit d’apprendre à devenir peu à peu plus sensible et plus conscient de ce qui se passe sans cesse dans son esprit et cela dans le but de ne plus se laisser déborder par ses pensées et ses émotions négatives, en particulier dans des  moments de vie difficiles et tels que peuvent l’être des situations d’impasses sur le plan professionnel.  La notion d’effort est à relier à celle d’une pratique spirituelle régulière, telle que celle portant à développer une attention qui soit juste.

L’attention  juste : tentez de vous concentrer sur le moment présent, car  comme le disait Tolstoï : « il n’y a qu’un seul moment qui importe, maintenant, car c’est le seul sur lequel nous avons du pouvoir » (cité par Harris, 2012). L’attention juste fait référence à la qualité d’attention qu’il est possible de développer dans l’ici-et-maintenant pour devenir plus sensible à ce qui se passe en nous et à l’extérieur de nous, et cela au lieu d’être perdu dans le tourbillon incessant de ses pensées. Une des manières d’y parvenir consiste à pratiquer la méditation de pleine conscience…et pourquoi pas en orientation? …Thème qui pourrait faire l’objet d’un prochain billet.

 

Références

Bujold, C., Gingras, M. (2000). Choix professionnel et développement de carrière: Théories et recherches. Morin, Montréal.

Harris, R. (2012). Passez à l’ACT. Pratique de la thérapie d’acceptation et d’engagement. Bruxelles: De Boeck.

Landaw, J., Bodian, S. (2012). Le bouddhisme pour les nuls. First.

Losier, A. M. (2008). La sagesse du bouddhisme appliquée au counseling de carrière. Mémoire de

Maîtrise en Carriérologie, Université du Québec à Montréal.

 

Après un MBA et plusieurs années passées dans des organisations en tant que gestionnaire et au développement d’affaires, Frédéric Piot a décidé de réorienter sa carrière dans le domaine de la relation d’aide en devenant conseiller d’orientation, profession qu’il exerce aujourd’hui dans le cadre d’une pratique privée. Frédéric s’intéresse particulièrement aux effets de la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT) combinée à d’autres approches issues de la psychologie positive auprès d’individus qui sont confrontés à une impasse sur le plan professionnel.

Related Posts

You must be logged in to post a comment.

Aller à la barre d’outils