Search
Correspondance exacte
Chercher dans le titre
Chercher dans le contenu
Chercher dans les extraits
Chercher dans les commentaires
Rechercher dans les catégories :
Emplois
Éventements
Ressources

L’Inventaire visuel d’intérêts professionnels : un outil d’exploration de soi et du monde du travail pour les clientèles peu scolarisées

par Marcelle Gingras, c.o., Ph.D.

L’Inventaire visuel d’intérêts professionnels (IVIP) (Dupont, Gingras et Tétreau, 2000) qui sera bientôt disponible en version électronique dans le système REPÈRES grâce au soutien financier du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ), est un instrument de mesure des intérêts professionnels et un outil d’exploration de soi et du monde du travail. L’IVIP est constitué de 80 photographies en couleurs illustrant principalement des activités de travail non spécialisées ou semi-spécialisées, bien que plusieurs d’entre elles peuvent aussi représenter des activités exigeant une formation professionnelle secondaire. Ces activités se regroupent à l’intérieur de sept échelles :

  1. Agriculture, élevage, exploitation forestière (AGRI)
  2. Alimentation (préparation et service) (ALIM)
  3. Administration et commerce (emplois de bureau, vente) (ADMI)
  4. Construction, bois et meubles (CONS)
  5. Services personnels et publics (SERV)
  6. Mécanique (installation, réparation, entretien) (MECA)
  7. Transformation – Fabrication (TRAN)

Les clientèles visées par l’IVIP sont les jeunes et les adultes, tels que les élèves inscrits dans le nouveau parcours de formation axée sur l’emploi (ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, 2008), qui ont accumulé un net retard en langue maternelle et en mathématique et qui éprouvent des difficultés d’apprentissage souvent conjuguées à des difficultés d’adaptation personnelle; les personnes inscrites ou susceptibles de s’inscrire à des programmes d’alphabétisation, de préparation à l’emploi ou d’insertion sociale et professionnelle; les individus qui ne possèdent pas un diplôme d’études secondaires ou qui sont en situation d’échec ou de décrochage scolaire; les chômeurs de longue durée; les sujets dits « à risque » et qui, pour des raisons sociales ou autres, ont un accès limité aux opportunités scolaires et professionnelles; les personnes immigrantes faiblement scolarisées qui ont des difficultés linguistiques; ou toute autre personne aux prises avec des difficultés d’intégration professionnelle (prisonniers, handicapés physiques ou mentaux, femmes de retour sur le marché du travail, etc.) et dont la condition ne rend pas plausible la poursuite d’une formation postsecondaire.

Le principal objectif de l’IVIP est donc de contribuer à éveiller davantage toutes ces personnes à des activités professionnelles pouvant leur être accessibles en les encourageant à explorer de façon concrète au moyen des représentations visuelles et des stratégies proposées. Ainsi, lors de la passation de l’Inventaire, le sujet doit réagir à chaque photo prise individuellement en se situant sur une échelle comprenant trois choix – « Oui », « Non » et « Je ne sais pas » – en réponse à la question « Aimeriez-vous faire cette activité? ». Par la suite, le tracé de son profil permet d’obtenir des renseignements sur les secteurs d’activités pour lesquels ses intérêts sont les plus ou les moins marqués. Également, pour chacune des photos associées à chacun des sept secteurs du monde du travail identifiés, il est possible d’avoir accès à une liste de titres variés de professions et d’emplois. De même, différentes stratégies d’exploration professionnelle peuvent être réalisées séparément ou en complémentarité avec l’IVIP, individuellement, en petits ou en grands groupes, avec l’ensemble ou une partie des photos, selon les objectifs poursuivis par l’intervenant, le temps dont il dispose, et bien sûr, les besoins et les caractéristiques de sa clientèle.

Les propriétés psychométriques de l’IVIP ont été établies à partir de quatre échantillons de plus de 450 sujets jeunes et adultes peu scolarisés fréquentant des institutions scolaires et des services publics d’aide à l’emploi. Les résultats observés témoignent de la fidélité et de la validité de l’Inventaire. En outre, les diverses expérimentations et les applications actuelles et à venir de cet outil et de ses stratégies d’exploration professionnelle pourront assurément contribuer à l’amélioration des interventions dans les différents milieux de pratique en vue de favoriser une meilleure orientation de ces clientèles jeunes et adultes.

Références :

Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)

Dupont, P., Gingras, M. et Tétreau, B. (2000). Inventaire visuel d’intérêts professionnels : outil d’exploration de soi et du monde du travail. Sherbrooke : Éditions GGC.

Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (2008). Programme de formation de l’école québécoise. Parcours de formation axée sur l’emploi. Québec : Gouvernement du Québec.

Système Repères

Marcelle Gingras est professeure titulaire au Département d’orientation professionnelle à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke. Son enseignement et ses travaux de recherche portent principalement sur le développement de carrière des clientèles jeunes et adultes et sur le concept d’approche orientante. Elle est chercheure membre du Collectif de recherche en counseling et développement de carrière (CRCDC) à cette même université ainsi que du Centre de recherche et d’intervention sur l’éducation et la vie au travail (CRIEVAT) de l’Université Laval. Elle est également coauteure de L’Inventaire visuel d’intérêts professionnels.

Caroline Bourassa

Related Posts

Nouveauté et popularité du test d’intérêts et de personnalité GROP (Guide de Recherche d’une Orientation Professionnelle) – Steve St-Pierre

L’orienteur et le métier de conseiller d’orientation – Frédéric Piot

La bière et les services d’orientation – Robert Baudouin

You must be logged in to post a comment.

Aller à la barre d’outils